Demander des mesures d’adaptation

Les employés peuvent utiliser ces renseignements pour demander un plan ou des mesures d’adaptation afin de remédier à certains problèmes en milieu de travail. La démarche proposée aide l’employé et le gestionnaire à déterminer les mesures à prendre pour favoriser la réussite au travail.

Share on.articles

La prise de mesures d’adaptation constitue un droit fondamental pour les employés atteints d’un handicap. L’employeur est tenu d’adapter les politiques, les règles, les exigences et/ou le cadre bâti afin d’assurer l’accessibilité et l’égalité des chances et des avantages en milieu de travail. La prise de mesures d’adaptation raisonnables signifie que l’employeur prendra les moyens nécessaires pour que les employés atteints d’un handicap, y compris ceux atteints d’une maladie mentale, puissent remplir leurs fonctions. Pour obtenir une mesure d’adaptation, vous devrez peut-être divulguer un état de santé. Consultez la ressource Obligation de prendre des mesures d’adaptation pour obtenir un complément d’information. 

Le plan de l’employé qui suit peut vous aider à déterminer les changements qui doivent être apportés au travail pour favoriser votre réussite. Vous pouvez également l’utiliser lorsque certains problèmes en milieu de travail sont difficiles à résoudre.

Le plan de l’employé vous aidera à déterminer ce dont vous avez besoin pour réussir au travail. Il ne s’agit pas d’un contrat au sens de la loi; il s’agit d’une demande que vous formulez à votre employeur afin d’obtenir des modifications raisonnables qui vous permettront d’être efficace au travail. Ce document est utile parce qu’il vous permet de mettre vos suggestions par écrit pour que vous puissiez ensuite discuter de vos besoins avec votre gestionnaire. D’autres personnes peuvent vous aider à préparer ce plan, y compris :

  • votre gestionnaire;
  • votre représentant des ressources humaines;
  • votre médecin ou infirmière en santé du travail;
  • votre représentant syndical;  
  • un collègue en qui vous avez confiance.

Idéalement, vous élaborerez votre plan en collaboration avec votre gestionnaire. Sachez que ce document n’a pas préséance sur la législation, les conventions collectives et les politiques existantes de l’entreprise. Il s’agit d’un document rédigé de bonne foi pour vous aider à réussir au travail tout en maintenant l’équilibre entre la productivité et la santé. Il est possible que votre gestionnaire ne sache pas comment vous aider. La démarche proposée ici lui fournira donc des suggestions de solutions qui conviennent à votre situation.

Que vous soyez déjà au travail ou en processus de retour, ce plan peut constituer un moyen informel de résoudre les problèmes en milieu de travail. Si vous retournez au travail, il est recommandé que votre retour s’effectue de façon graduelle. Vous pourrez ainsi bâtir vos forces et votre assurance pendant que vous retrouvez votre vitesse de croisière.

Il est suggéré que vous et votre gestionnaire examiniez régulièrement votre plan pour vérifier si des modifications doivent y être apportées pour maintenir votre réussite au travail.

Pour voir un exemple de plan de l’employé qui a donné de bons résultats, et pour en apprendre davantage sur la démarche, allez sur la page Élaborer des plans pour les employés - pour les leaders. Le plan de l’employé qui y est présenté à titre d’exemple est gracieusement fourni par Employeur consciencieux Canada (site disponible en anglais seulement).

La démarche d’établissement du plan de l’employé

La démarche qui suit peut être utilisée dans diverses situations allant des problèmes courants aux cas complexes de planification du retour au travail. Cette information est mise à votre disposition pour votre propre bénéfice et pour aider votre gestionnaire à mieux vous soutenir au travail.

Pour créer votre plan, vous devez répondre à trois questions :

  • De quoi avez-vous besoin pour réussir dans vos fonctions?
  • Si des problèmes surviennent ultérieurement, comment souhaitez-vous qu’ils soient abordés?
  • Quel engagement êtes-vous prêt à prendre pour contribuer à votre réussite au travail?

De quoi avez-vous besoin pour réussir dans vos fonctions?

Déterminez ce que vous considérez comme des problèmes au travail. Vous trouverez ci-dessous quelques idées et exemples. Déterminez également ce que votre gestionnaire pourrait considérer comme des problèmes. Trouvez ensuite des stratégies raisonnables dont vous pourriez discuter avec votre gestionnaire pour répondre à vos besoins tout en tenant compte de ceux de l’organisation. Les exemples proposés illustrent des solutions possibles et votre situation peut exiger des solutions différentes. Ces exemples ne sont pas les seules solutions possibles – ce sont seulement des idées pour stimuler votre imagination.

  • La façon dont les tâches vous sont attribuées. L’employé qui a de la difficulté à gérer les demandes concurrentes au travail et les affectations de dernière minute que lui confie son gestionnaire pourrait écrire dans son plan :
    •  « Je comprends que je dois faire preuve de souplesse face aux demandes de dernière minute des clients. Ces demandes peuvent m’empêcher d’accomplir mes autres tâches. Je peux donc me sentir surchargé parce que je n’arrive pas à terminer mes autres fonctions à temps. Lorsque mon gestionnaire me demandera d’effectuer une tâche de dernière minute, je lui demanderai de m’aider à établir l’ordre de priorité de mes autres tâches. »
  • La façon dont votre travail est vérifié. L’employé qui dit que l’approche de microgestion de son gestionnaire est source de détresse :
    • « Je comprends que mon gestionnaire doit vérifier la qualité et la précision de mon travail. Cependant, lorsqu’il m’interrompt dans mon travail plusieurs fois par jour pour effectuer des modifications, je deviens nerveux, je perds ma concentration et confiance en mes capacités. J’aimerais fournir à mon gestionnaire des mises à jour régulières et un échéancier qui nous convient à tous les deux. De plus, j’aimerais que mon gestionnaire attende jusqu’à la rencontre prévue pour me donner une rétroaction ou apporter des modifications, à moins qu’il ne s’agisse d’une urgence. »
    • Une autre personne pourrait préférer recevoir une rétroaction immédiate, et une autre encore pourrait demander à recevoir la rétroaction par écrit.
  • La façon dont l’information et les directives vous sont transmises. L’employé qui a de la difficulté à se souvenir des directives orales :
    • « Je préfère que les directives concernant mes tâches me soient données par écrit. Cependant, si elles me sont données verbalement, j’écrirai immédiatement ce que j’ai compris. Je vérifierai ensuite si ma compréhension est exacte auprès de la personne qui me les a données. »
  • La façon dont les autres interagissent avec vous. L’employé qui pleure souvent au travail :
    • « J’aimerais que mes collègues ne s’inquiètent pas ou ne réagissent pas s’ils me voient pleurer. J’aimerais qu’ils m’accordent quelques minutes pour que je me calme. Si je commence à pleurer durant une réunion, je quitterai la salle et je reviendrai dès que je pourrai prendre part à la réunion calmement. »

Autres idées pour gérer les situations de stress au travail :

  • Les anticiper. Lorsque vous savez que vous pourriez basculer dans l’émotivité, planifiez d’avance comment vous allez gérer les larmes, la frustration ou la colère et préserver votre dignité et votre bien-être.
  • Les mettre par écrit. Lorsque vous exprimez vos peurs, vos souffrances ou vos inquiétudes par écrit, elles perdent souvent l’emprise qu’elles ont sur vous. Vous remettez plutôt les choses en perspective et vous aidez à trouver une façon d’aller de l’avant.
  • En parler. Faites part de vos sentiments à une personne en qui vous avez confiance ou à un professionnel. Parler est souvent la première étape pour réussir à reprendre le contrôle de ses pensées, de ses émotions et de ses sentiments.
  • Remarquez ce qui fonctionne bien. Lorsque vous avez bien géré une situation stressante ou émotive, notez la façon dont vous vous y êtes pris. Cette note est à la fois un signe de reconnaissance envers vous-même et une référence lorsque vous serez incertain face à une situation future. Reconnaissez chaque pas que vous faites dans la bonne direction.
  • Trouver un ami. Avoir un ami qui comprend ce que vous vivez peut être une importante source de réconfort. Si c’est impossible, trouvez quelqu’un à qui téléphoner à l’extérieur du travail lorsque vous avez besoin de soutien.
  • Prendre une pause. Profitez de vos pauses pour vous détendre et vous recentrer. Par exemple, allez faire une promenade ou trouvez un endroit tranquille où vous asseoir. Ne travaillez pas durant vos pauses et votre période de dîner lorsque vous êtes stressé.
  • Respirer. Lorsqu’une personne se sent tendue ou anxieuse, sa respiration a tendance à devenir peu profonde. Cela envoie un message au cerveau indiquant qu’il y a un risque de mourir d’un manque d’oxygène, ce qui entraîne une réaction de stress. Respirer lentement et profondément aide le corps à se détendre.

Si des problèmes surviennent ultérieurement, comment souhaitez-vous qu’ils soient abordés?

Vous pouvez aider votre gestionnaire en anticipant les difficultés que vous pourriez avoir et en lui donnant des suggestions concrètes quant aux mesures à prendre. Voici quelques exemples.

  • Si vous semblez être en détresse ou ne pas être bien
    • « Si je semble être en colère et que mon ton de voix monte, j’aimerais que mon gestionnaire me dise ceci : ‘Je remarque que vous avez l’air anxieux. Préfèreriez-vous qu’on poursuive notre discussion plus tard?’ »
  • Si un problème de rendement doit être abordé avec vous
    • « Si mon gestionnaire remarque que la qualité de mon travail et ma productivité diminuent, j’aimerais qu’il m’envoie un courriel dans lequel il demande à me rencontrer pour discuter des tâches particulières qui le préoccupent. En recevant ce courriel d’abord, j’aurai le temps de rassembler mes idées avant que nous nous rencontrions pour discuter du problème. Le fait de savoir quelles tâches posent problème m’aidera à me préparer. »
    • Une autre personne se trouvant dans la même situation pourrait demander autre chose.:
      • « Si mon gestionnaire remarque que la qualité de mon travail et ma productivité diminue, j’aimerais que nous nous rencontrions le plus vite possible pour en parler. J’aimerais qu’il me dise ceci : ‘J’ai remarqué quelques changements dans ton travail et j’aimerais prendre un moment pour qu’on en parle’. Je préfèrerais qu’il ne m’envoie pas de courriel à ce sujet, car cela ferait augmenter mon anxiété. »
  • Si un conflit survient
    • « Lorsque mon gestionnaire et moi sommes en conflit, j’aimerais que nous nous abstenions d’en discuter lorsque nous sommes en colère. Nous devrons peut-être parler du problème à un autre moment, lorsque nous serons assez calmes pour avoir une conversation courtoise. »

Quel engagement êtes-vous prêt à prendre pour contribuer à votre réussite au travail?

Le fait de faire part à votre gestionnaire des moyens que vous prendrez pour réussir au travail démontre votre engagement dans le processus et vous permet d’utiliser des stratégies adaptées à vos besoins. Voici quelques exemples :

  • L’employé qui se sent souvent léthargique et mal le matin et qui évite d’appeler son gestionnaire
    • « Je ferai tout mon possible pour prévenir mon gestionnaire si je pense être en retard, parce que je comprends que je perturbe sa journée lorsqu’il ne sait pas où je suis. »
  • L’employé qui a des accès d’émotions au travail
    • « Je ferai tout mon possible pour maîtriser mes émotions au travail. Si je ne me sens pas capable de garder mon calme, je quitterai le lieu de travail un moment jusqu’à ce que je retrouve mon calme. Je laisserai une note sur ma chaise pour que mes collègues sachent où je suis. »
  • L’employé qui ne prend pas de pause et qui ne s’arrête pas pour dîner
    • « Le matin et l’après-midi, je quitterai mon bureau pour prendre une pause de 15 minutes. De plus, je dînerai ailleurs qu’à mon bureau. Prendre ces pauses m’aidera à garder une perspective saine par rapport à mon travail. »
    • Consultez la ressource Activités de pause-santé pour obtenir des idées.
  • L’employé qui ne se présente pas à un rendez-vous médical parce qu’il est trop absorbé par son travail
    •  « Je quitterai mon travail pour me rendre à mes rendez-vous médicaux. Je sais que ceux-ci m’aident à bien faire mon travail. »

Chercher et proposer des solutions au lieu de se concentrer uniquement sur le problème est souvent une façon efficace d’améliorer votre vie professionnelle.

Pour obtenir d’autres conseils sur la prise de mesures d’adaptation, téléchargez le document Un outil pour favoriser la réussite du personnel et présentez-le à votre employeur. Il peut employer cet outil pour vous aider à créer un plan efficace.

Aider les autres à vous venir en aide au travail

Il n’est pas toujours facile de demander de l’aide, mais lorsque vous éprouvez des difficultés au travail, cela peut être essentiel à votre bien-être.

Voici des idées qui pourraient faciliter la tâche de vos collègues qui veulent vous aider.

  • Demander ce dont vous avez besoin au lieu de faire des reproches aux autres
    • Par exemple, au lieu de dire à votre gestionnaire : « Il faut que vous cessiez de me critiquer sans arrêt. »
      • Vous pourriez dire : « Ces temps-ci, j’ai beaucoup de difficulté à accepter la critique. Je travaille à bâtir ma confiance en moi. Accepteriez-vous de me fournir des directives précises concernant les tâches que vous souhaiteriez que j’accomplisse au lieu de mettre l’accent sur ce qui ne fonctionne pas? »
  • Aider les autres à comprendre votre réaction
    • Au travail, si vous réagissez à une situation avec colère, frustration ou avec des pleurs, vous pouvez aider vos collègues en leur expliquant votre réaction.
    • Exemple 1 :
      • Vous pourriez leur dire : « Je réagis peut-être trop fortement à certaines situations. Je travaille très fort pour contrôler mes émotions davantage. Sachez que je ne réagis pas ainsi à cause de vous. »
    • Exemple 2 :  
      •  « Lorsque je suis contraint de travailler plus rapidement et que je ne peux pas consacrer de temps à la qualité de mon travail, il est possible que je me mette en colère et que je commence à pleurer. Je travaille fort pour contrôler mes réactions, mais il m’arrive de ne pas y arriver complètement. Ne vous préoccupez pas de mes pleurs. »
  • Demander de l’aide pour respecter les échéances 
    • Au lieu d’attendre à la dernière minute et de ne pas respecter une échéance, avisez votre gestionnaire lorsque vous avez de la difficulté à effectuer tout le travail que vous devez faire.
  • Gérer le commérage 
    • Parfois, la meilleure contre-attaque consiste à faire du « commérage positif ». Essayez de parler des bons coups et des réussites de vos collègues.

Demander de l’aide au travail

Voici une liste de questions que vous pouvez poser pour obtenir des renseignements utiles :

Parler à votre gestionnaire

  • Voici ce qui me pose problème actuellement. J’ai quelques idées qui pourraient me faciliter la tâche. Pouvez-vous en prendre connaissance et me dire ce qu’il est possible de faire?
  • Pouvons-nous prévoir un moment pour discuter de mon rendement au travail? J’aimerais avoir votre opinion sur les moyens que je peux prendre pour mieux gérer mon temps, prioriser les tâches et m’améliorer.
  • Pourriez-vous me prévenir si vous remarquez des changements dans mon rendement afin que nous puissions en discuter?

Parler à votre représentant syndical

  • Je vis un moment très difficile en raison de certains problèmes au travail. Que prévoit la convention collective à ce sujet?
  • J’ai l’impression que mes collègues et mon gestionnaire me traitent injustement. Quels sont mes droits en tant que membre d’un syndicat et à qui devrais-je en parler?
  • Avez-vous d’autres idées qui pourraient m’aider à résoudre la situation ou à faciliter les choses?
  • Comment puis-je composer avec les réactions des collègues?

Discuter avec un médecin ou une infirmière en santé du travail

  • Voici comment je me sens au travail en ce moment. Pensez-vous que cela a un lien avec mon état de santé? Devrais-je apporter des modifications à mon travail?
  • Que me recommandez-vous? Quelle est l’aide disponible?
  • Mon médecin de famille m’a prescrit ce traitement. Pourriez-vous l’examiner et m’indiquer si d’autres approches pourraient être utiles?

Parler à un représentant des ressources humaines

  • Que couvre mon régime d’assurance-maladie complémentaire?
  • En quoi consiste la demande de prestations d’invalidité de courte ou de longue durée?
  • Quels autres avantages mon employeur offre-t-il?
  • J’ai de la difficulté à bien accomplir mon travail. Quelles sont les formations et les ressources auxquelles j’ai accès?
  • Qu’indiquent les politiques de l’entreprise concernant les mesures d’adaptation ou la discipline?

Parler à un conseiller par l’intermédiaire de votre Programme d’aide aux employés (PAE)

  • Comment puis-je gérer les problèmes que j’ai avec mes collègues ou mon gestionnaire?
  • Que puis-je faire au sujet de mes problèmes financiers? 
  • Que puis-je faire au sujet de mes problèmes familiaux?
  • Comment puis-je gérer les facteurs de stress au travail ou à la maison? 
  • Où puis-je obtenir de l’aide pour ma dépendance?
  • Comment puis-je obtenir de l’aide pour gérer mes peurs, ma colère, ma frustration, mon manque d’énergie (ou tout autre trouble)?

Ce contenu a été élaboré en collaboration avec Mental Health Works et la Mood Disorders Association of Ontario.

Partagez cette page avec toute personne qui pourrait nécessiter des mesures d’adaptation au travail.

Contributors include.articlesMary Ann BayntonMental Health WorksMood Disorders Association of Ontario

Related articles.articles

Article tags.articles

Choose an option to filter.articles

Comments.comments

To add a comment.comments